Sanite Bélair : figure de l’abolition de l’esclavage en Guadeloupe
Guadeloupe, quelques fêtes

Sanite Bélair : figure de l’abolition de l’esclavage en Guadeloupe

En 2018, les commémorations de l’abolition de l’esclavage se sont déroulées le 10 juin. Cette date est choisie pour se souvenir de 1848, année marquée par la signature du décret du 27 avril. Ce dernier abolissant l’esclavage est effectivement appliqué à partir du 15 juillet. Ce document va donner la liberté à 12 500 esclaves.

2018 a permis de célébrer Sanite Bélair, une figure de la révolte contre l’esclavage. Cette dame porte le nom de son mari l’officier de Charles Belair, son prénom est devenu célèbre lorsqu’elle a mené le combat armé contre l’esclavage. Ce qui a été appelé l’insurrection sur le front haïtien commence en août 1791. Les esclaves de St. Domingue se soulèvent. Dans les rangs des combattant, de nombreuses femmes qui vont contribuer au succès de la stratégie conçue par Toussaint Louverture pour mettre en place des guérillas contre les colons français. Ces actes de combats pour la liberté auront lieu dans les territoires intérieurs.

Vie, combat anti-esclavage et mort de Sanite Bélair

Pour en revenir à Sanite, son vrai prénom est Suzanne. C’est une jeune esclave affranchie lorsqu’elle se marie en 1796. L’époux s’appelle Charles Bélair, il est neveu, aide de camp et lieutenant de Toussaint Louverture. Sanite Bélair participera à tellement de combats qu’elle finira par être synonyme de résistance. Charles son époux se rendra après avoir appris l’arrestation de Sanite. Le couple sera condamné à mort.

Le 1er janvier 1804, lors de la proclamation de la République d’Haïti, la première constitution de 1805 dispose, dans son article 9 : « Personne ne peut être haïtien s’il n’est un bon père, un bon fils, un bon mari et surtout un bon militaire ». Ce texte, contraire à la réalité sociologique, exclut les femmes du champ des combats politique et militaire. Solitude est une autre figure majeure de la résistance féminine anti-esclavage. Celle qui est aussi connue également sous le nom « Mulâtresse Solitude » est née vers 1772 sur l’île de Sainte Lucie. L’abolition de l’esclavage n’apaise pas la situation sur l’île. Affrontements et rebellions se multiplient. Ils opposent propriétaires blancs et affranchis noirs.

En novembre 1801, Napoléon veut ramener l’ordre par la force en envoyant plusieurs bataillons.

Solitude rejoint les combattants de Delgrès. Elle se bat enceinte, son compagnon est tué par un obus. Quant à Solitude, elle sera capturée le 23 mai 1802, lors de l’attaque du camp de Palerme. Condamnée à mort, mais enceinte, elle sera exécutée après la naissance de son enfant, le 29 novembre 1802.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *